Rechercher


ocup Observatoire des conflits urbains et périurbains
image

11

Définitions

Au cœur de notre démarche à l'Observatoire se trouve le concept de "conflit" qui, comme plusieurs autres concepts en sciences sociales et humaines, est au carrefour de multiples horizons et compréhensions. Cette section se veut un exercice conceptuel, terminologique et disciplinaire, sur les diverses acceptions conceptuelles de "conflit" tel que compris et postulé par maintes disciplines comme la philosophie, la morale et l'éthique, la géographie, la sociologie, la psychologie, la science politique, l'anthropologie et l'ethnologie. Ultimement, ce cadre transdisciplinaire tente de répondre - si ce n'est de circonscrire - autant que faire se peut, à la polysémie usuellement levée par les multiples compréhensions et usages de ce concept. Si ce n'est, à tout le moins, d'en alimenter la réflexion et le débat.

Anthropologie et ethnologie
Géographie
Morale et éthique
Philosophie
Psychologie
Science politique
Sociologie
_____________________________________________________________________________

Anthropologie et ethnologie
- Gluckman utilise la notion de "conflit" pour rendre compte de faits qui, loin de menacer l'unité du corps social, illustrent plutôt la capacité intégrative du système qui l'organise.

- Un conflit et son mode de résolution peuvent faire l'objet d'une mise en scène rituelle qui, dans le même temps, libère l'expression d'une rébellion contre l'ordre social et la résorbe.

(Source : IZARD, M. "Max Herman Gluckman" In BONTE, P. & IZARD, M. (dirs.). (1991). Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie. Paris, Presses universitaires de France, p.302).


Lectures suggérées:
- GLUCKMAN, M.H. (1955). The Judicial Process Among the Barotse of Northern Rhodesia. Manchester, Manchester University Press.
- GLUCKMAN, M.H. (1956). Custom and Conflict in Africa. Oxford, Blackwell.
- GLUCKMAN, M.H. (1963). Order and Rebellion in Tribal Africa. London, Cohen et West.
- GLUCKMAN, M.H. (ed.). (1962). Essays on the Ritual of Social Relations. Manchester, Manchester University Press.

_____________________________________________________________________________

Géographie
A situation involving struggle among two or more protagonists.

Within geography, studies of struggles characterize not only political geography, but also much social and economic geography; many of the patterns that geographers analyse are the outcome of conflicts, which then provide the context for further conflicts.

Much study of conflicts focuses on the activities of the state, which fall into three main types. First, those controlling the state appartus operate the "police power", which enables them to restrict individual freedoms in order to promote what they identify as the "general good". (In some arguments, this is a necessary state function, since individuals operating freely are unlikely to achieve what is in their own, let alone societ's, best interests). Urban land-use zoning is a good example of the police power in operation, whereby an individual owner's freedom to use a piece of land for any purpose is constrained to those purposes considered best for the community as a whole.

Secondly, the state is frequently called upon to arbitrate in conflicts and to identify and ensure a resolution. Those which are resolved - usually through its quasi0independent judicial appartus - involve either two or more partiesw who claim a legal trangression (such as breach of contract) or the state itself claiming that individuals have violated a law or regulation.

Finally the state acts to defend its sovereign territory against external aggressors and, in certain circumstances, to extend it, which will probably invlove military activity: the description and analysis of such conflits is at the core of the study of geopolitics.

Many of the conflicts involving the state are over the occupation and use of land, including concerns over sustainable development: issues of conservation and preservation are central to many such conflicts at all spatial scales.

Land use is also a source of conflicts among neighbours - for example between the residents of a district who wish to protect its character and those promoting alterations to it, with potential externalities that could affect people's properties and levels of livings (see Cox and Johnston, 1982).

(Source : JOHNSTON, R.J. "Conflict" In JOHNSTON, R.J., GREGORY, D., PRATT, G. & WATTS, M. (2000). The Dictionnary of Human Geography. Oxford, Blackweel, p.105-106).


Lectures suggérées:
- CLARK, G.L. (1988). Unions and Communities Under Siege. Cambridge, Cambdrige University Press.
- COX, K.R. & JOHNSTON, R.J. (eds.). (1982). Conflicts, Politics and the Urban Scene. London and New York, Longman.
- MASSEY, D. (1996). Spatial Divisions of Labour : Social Structures and the Geography of Production. London, Mcmillan.
- TAYLOR, P.J. (1989). Political Geography : World-Economy, Nation-State and Community [2nd edition]. London and New York, Longman.
- TAYLOR, P.J. (1996). The Way of Modern World Works : World Hegemony to World Impase. Chichester ans New York, Wiley.

_____________________________________________________________________________

Morale et éthique
À la différence des antagonismes inconciliables, le conflit désigne une opposition entre des personnes, des conceptions du monde, des valeurs et/ou des actions.

1. Il peut y avoir conflit à l'intérieur ou entre des entités étatiques, économiques, idéologiques. Dans les deux cas, les parties en conflit peuvent avoir en commun certaines normes et certains intérêts, mais les interpréter différemment ou les solliciter dans des sens opposés.

Des conflits illimités au sens de conflits ouverts (guerre, guerre civile) sont possibles lorsque les parties se réclament de normes et d'intérêts incompatibles, ou lorsque dans les conflits d'intérêts plus aucune norme commune n'est reconnue.

La possibilité d'un tel conflit total implique le présupposé anthropologique que l'homme, selon sa nature et dans un état présocial, est l'ennemi de l'homme (Hobbes), qu'il est "tordu" et que pour pallier ses abus de liberté il a "besoin d'un maître" (Kant).

2. [Sociologie] Les conflits sont le noyau créatif et un facteur structurel de la société, une chance d'humanisation de la vie et d'intégration d'individus et de groupes, une condition de leur activation et de leur solidarisation (Dahrendorf).

Les formes de conflits déterminent des types de sociétés : libres ou autoritaires. Le but premier des sociétés libérales n'est pas d'éliminer les conflits, mais de les réglementer rationnellement à l'aide des principes du droit ou d'institutions étatiques. Elles ont à mettre en place des mécanismes formels de solution des conflits d'intérêts en vue de stabiliser le système social et l'équilibre des intérêts. Le compromis doit reconnaître cet équilibre en le créant; il n'est pourtant réalisable que sur la base d'un consensus rationnel général sur les valeurs fondamentales (droits fondamentaux) de la société et sur des formes constitutionnelles incontestées.

3. Des conflits se présentent également dans l'individu et entre  individus et société. Lorsque le système normatif social faillit comme forme régulatrice des structures instinctuelles des individus et de la satisfaction des besoins, leur fonction d'adaptation se renverse en mécanismes d'aliénation. Ces mécanismes provoquent une désorientation (conflit des rôles) qui peut aboutir à des névroses et à des perturbations relationnelles, ou qui s'élargit en conflit social lorsque des besoins individuels généraux ne sont plus légitimés par des intérêts sociaux et que ceux-là n'entrent plus dans la motivation de l'action individuelle (anomie).

(Source : VOSSENKUHL, W. "Conflit" In HÖFFE, O. (1983). Dictionnaire de Morale. Fribourg, Éditions Universitaires et Paris, Du Cerf, p. 27-28).

_____________________________________________________________________________

Philosophie
Dans un système donné, un élément est en conflit avec un élément donné lorsque toute manifestation de l'un entraîne nécessairement de la part de l'autre une manifestation opposée et réciproquement

(Source : HANNOUN, H. "Conflit [Sociologie]". In AUROUX, S. et A. JACOB (2002). Les notions philosophiques. Paris, Presses universitaires de France.)

---
Désigne au sens général toute opposition marquée, éventuellement violente, entre des puissances ou des tendances contradictoires qui prétendent exercer leur domination dans le même domaine.

(Source : DUROZOI, G. & ROUSSEL, A. (1990). Dictionnaire de philosophie. Paris, Nathan, p.72).

---
Du latin conflictus, p. pas de confligo, ere : heurter, se heurter
Lutte ou antagonisme entre principes, personnes, nations, tendances ou encore, devoirs.

(Source : BARAQUIN, N. et al. (1995). Dictionnaire de philosophie. Paris, Armand Colin., p.64).

---
1. Lutte entre deux ou plusieurs pays pouvant déboucher sur la guerre ou prendre la forme de la guerre.

2. Opposition de sentiments, d'idées et d'intérêts entre soi et autrui ou à l'intérieur de soi.

- Conflit de devoirs : contradiction entre deux devoirs porteurs de système de valeurs différents (par ex. entre les lois écrites et non écrites dans l'Antigone de Sophocle);

- Conflit de la raison avec elle-même : chez Kant (1724-1804), ensemble des contradictions que rencontre nécessairement la raison lorsqu'elle prétend se servir des concepts purs de l'entendement pour accéder à la connaissance de la totalité et de l'absolu;

- Conflits psychiques : opposition entre des tendances pulsionnelles contradictoires ou bien entre des désirs contradictoires ou bien encore entre les tendances pulsionnelles et les exigences morales du sujet. Les actes manqués et les symptômes névrotiques sont des manifestations du conflit psychique.

(Source : GODIN, C. (2004). Dictionnaire de philosophie. Paris, Fayard, p.239).


Lectures suggérées:
- ALAIN (1926). Le citoyen contre les pouvoirs. Paris, Gallimard.
- BINNS, D. (1977). Beyond a Sociology of Conflict. London, Palgrave Macmillan.
- BOUTHOUL, G. (1976). Essai de polémologie. Paris, Gonthier.
- FREUND, J. (1973). « Éléments pour une théorie du conflit » In Europe en formation, XIV, 154.
- FREUND, J. (1977). « Topique de la polémologie » In Res Publica, XIX, 1.
- FREUND, J. (1990). « Réflexions sur l’idée de guerre dans la philosophie présocratique ». In Revue de métaphysique morale, 4, pp.518-520 et pp. 524-527.
- FREUND, J. (1975). « Le rôle du tiers dans le conflit ». In Études polémologiques, 17, juillet.
-
HOBBES, Th. (2000). Leviathan [1651]. Paris, Gallimard.
- KANT, E. (1993) Métaphysique des mœurs. Doctrine du droit. [1785] Paris, Livre de Poche.
- KANT, E. (2000). Le conflit des facultés. Paris, Vrin.
- LORENZ, K. (1977). L’agression, une histoire naturelle du mal. Paris, Flammarion.
- MITSCHERLICH, A. (1970). L’idée de paix et l’agressivité humaine. Paris, Gallimard.
- RUMMEL, R.J. (1979). Understanding Conflict. London, John Wiley & Sons Inc.

_____________________________________________________________________________

Psychologie
Conflit cognitif :
État dans lequel se trouve un sujet partagé entre deux concepts, deux règles ou modes de résolutions discordants ou incompatibles pour un seul et même problème.

L'École de Genève considère le conflit cognitif comme un élément moteur du développement de l'enfant. Selon J. Piaget, toute nouvelle structure intègre en les coordonnant des schèmes d'assimilation antérieurs. Ces coordinations peuvent aboutir à des déséquilibres ressentis par les sujets comme des conflits ou des contradictions. Le conflit est d'abord perturbateur (avec des possibilités de régressions momentanées ou des essais de compromis partiels). Le dépassement du conflit se produit plus ou moins rapidement si une nouvelle accommodation compensatrice entre schèmes est accessible au sujet.

(Source : DOLZ, J. "Conflit cognitif" In DORON, R. & PAROT, F. (1991) Dictionnaire de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p. 136-137).

---
Conflit de cultures :
Mis en évidence initialement par les ethnologues et les criminologues, les conflits de cultures révèlent des divergences de codes, de croyances, de valeurs liées aux interactions entre groupes différents.

Ils peuvent donner lieu à l'émergence de sous-cultures; générer des pressions d'isolement ou d'assimilation de la part de groupes culturels majoritaires, mais aussi des stratégies d'affrontement et de négociation de la part de groupes minoritaires pour la reconnaissance de leur spécificité identitaire.

(Source : SELOSSE, J. "Conflit de cultures" In DORON, R. & PAROT, F. (1991) Dictionnaire de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p.137).

---
Conflit perceptif :
Situation d'ambiguïté dans la prise d'informations perceptives liées à la présence, dans les données perçues, d'indices contradictoires.

Ainsi des repères truqués de profondeur et de taille des objets perturbent les mécanismes habituels de la constance des grandeurs.

(Source : RICHELLE, M. "Conflit perceptif" In DORON, R. & PAROT, F. (1991) Dictionnaire de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p.137).

---
Conflit psychique :
[Découverte de S. Freud entre 1895 et 1898] Il s'agit de conflits intrapsychiques qui peuvent être associés à des conflits intersubjectifs ou intergroupes. Certains conflits intrapsychiques sont conscients (conflits entre un devoir et un désir, conflits entre deux désirs contraires, conflits entre un désir et l'impossibilité concrète de sa réalisation) et s'accompagne d'angoisse.

(Source : ANZIEU, D. "Conflit psychique" In DORON, R. & PAROT, F. (1991) Dictionnaire de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p.137-138).

---
Conflit social :
Toutes situations d'interactions caractérisées par des divergences d'intérêts, des compétitions de pouvoir et des antagonismes de buts génèrent des conflits.

Un conflit social exprime donc une pluralité de conflits qui se superposent dans divers secteurs d'interactions catégorielles groupales ou individuelles. L'intensité du conflit croît en fonction du rapport de force entre groupes de pression, des intérêts défendus et des pouvoirs mis en cause. La violence apparaît lorsque la rivalité et les objectifs des adversaires semblent inconciliables ou que la négociation n'aboutit pas à un compromis provisoire qui atténue les frictions liées aux comparaisons adverses.

(Source : SELOSSE, J. "Conflit social" In DORON, R. & PAROT, F. (1991) Dictionnaire de psychologie. Paris, Presses universitaires de France, p.138).


Lectures suggérée:
- FREUD, S. (1984). Naissance de la psychanalyse. Paris, Presses universitaires de France, p77.
- FREUD, S. (2001). Abrégé de psychanalyse. Paris, Presses universitaires de France, pp.8, 52-66.
- FREUD, S. (2010). Malaise dans la civilisation. Paris, Seuil.

_____________________________________________________________________________

Science politique
La relation sociale qui se présente sous la forme d'une séquence d'événements (d'actions) résultant du refus d'un acteur d'être soumis à un contrôle et de la persistance d'un autre acteur à le lui imposer.

Selon ces auteurs (Bélanger et Lemieux, 1996), sur la scène publique, la majorité des conflits ou "grands débats" a pour objet la suppresion de contrôles ou l'introduction de nouveaux. De plus, l'ampleur du conflit dépandra à la fois du degré d'incompatibilité des intérêts et celui de l'implication des acteurs.

(Source : BÉLANGER, A.-J. et LEMIEUX, V. (1996) Introduction à l'analyse politique. Montréal, Presses de l'Université de Montréal.)

(Source : DUCHESNEAU, M. (2006). Études des activités conflictuelles dans le réaménagement du Port de Québec (essai) : Maîtrise en aménagement du territoire et développement régional, Université Laval. Dir.: Florent Joerin, codir.: Catherine Trudelle).

_____________________________________________________________________________

Sociologie
Opposent, sous des formes très diverses, des individus ou des groupes dont les intérêts divergents.

Dans la tradition marxiste, ces affrontements sont à même de bouleverser l'ordre existant, soit en faisant changer de main la propriété des moyens de production (Marx), soit en modifiant les rapports d'autorité (Dahrendorf). Pour les fonctionnalistes (Coser), ces perturbations laissent place à de nouveaux équilibres. Enfin, si l'on réfère au paradigme de la théorie des jeux (Schelling), on peut montrer que de tels antagonismes, par les répercussions qu'ils entraînent, transforment, de l'intérieur, une organisation ou un collectif de travail.

(Source : "Conflits" In FERRÉOL, G., CAUCHE, P., DUPREZ, J.-M., GADREY, N. & SIMON, M. (2002). Dictionnaire de sociologie. Paris, Armand Colin, 3ème édition, p. 32).

---
Emprunté au latin conflictus "choc, lutte, combat", au propre et au figuré.

En allemand : KONFLIKT, SPANNUNG
En espagnol : CONFLICTO
En anglais : CONFLICT, CLASH
En italien : CONFLITTO

1. Le thème du conflit occupe une place importante chez les sociologues classiques du XIXe siècle, ceux dont la pensée procède de Hegel, comme Marx, aussi bien que chez les penseurs sociaux inspirés plus ou moins directement du darwinisme social, comme Spencer ou Summer. Le concept tend à y décrire des antagonismes et des tensions qui trouvent leur expression dans des luttes ouvertes. La notion n'en reste pas moins entourée d'un halo sémantique important.

2. Dans Économie et Société, Weber définit la lutte (Kampf), comme "une relation sociale pour autant que l'activité est orientée d'après l'intention de faire triompher sa propre volonté contre la résistance du ou des partenaires". La concurrence (Konkurrenz) y fait figure de lutte pacifique et la sélection (Auslese) y est assimilée à une "lutte [latente] pour l'existence qui oppose les uns aux autres, sans l'intention significative de lutte, les individus ou les types humains en vue de leurs chances de vie ou de survie". S'il admet que toute lutte conduit à une sélection, Weber affirme en revanche que "n'importe quelle sélection sociale n'est pas une lutte".

3. Si l'on croit Park et Burgess, la compétition serait un processus permanent et généralisé au sein de la société, alors que le conflit serait un phénomène occasionnel, impliquant une action réciproque entre les parties en présence (1924 : 574). Le conflit ne saurait donc se confondre avec la compétition. On n'appellera pas conflit une rivalité entre deux candidats pour l'obtention d'un poste universitaire. Pour qu'il y ait conflit, il faut que les litiges ou les controverses donnent lieu à des heurts manifestes.

4. À juste titre, Boulding insiste sur le fait que, dans tout conflit, les buts visés par les protagonistes sont mutuellement incompatibles. C'est également à cette dimension que se réfère Dahrendorf lorsqu'il écrit : "Toute relation entre des ensemble d'individus qui comprend une différence irréductible d'objectif - par exemple, dans sa forme la plus générale, le désir de la part des deux parties d'obtenir ce qui n'est accessible qu'à l'une, ou en partie à l'une - sont, selon nous, des relations de conflit social" (1957 : 136-137).

5. Pour Touraine, il ne peut y avoir de conflit là où il n'y a pas de rapports sociaux. Le conflit suppose ici encore l'existence d'un code commun d'action. Rapport d'opposition entre des acteurs sociaux qui participent au même ensemble (système d'action historique, institution ou organisation), le conflit permettrait alors au sociologue de "retrouver les orientations et les combats à travers lesquels les hommes produisent leur société" (1973 : 530).

(Source : MANN, P. "Conflit social" In AKOUN, A & ANSART, P. (1999). Dictionnaire de sociologie. Paris, Le Robert/Seuil, p. 102-103).


Lectures suggérées:
- BOULDING, K.E. (1962). Conflict and Defense. New York, Harper & Row Publishers.
- COSER, L.A. (1982). Les fonctions du conflit social [1956]. Paris, Presses universitaires de France.
- CROZIER, M. & FRIEDBERG, E. (1977). L’acteur et le système. Paris, Seuil.
- DAHRENDORF, R. Classes et conflits de classe dans la société industrielle [1957]. Mouton-La Haye.
- FREUND, J. (1986). Sociologie du conflit. Paris, Presses universitaires de France.
- GIRARD, R. (1972). La violence et le sacré. Paris, Grasset.
- GLUCKMAN, M. (1963). Order and Rebellion in Tribal Africa. Londres, Faber & Faber.
- GOFFMAN, E. (1974). Les rites d’interactions. Paris, Éditions de Minuit.
- GROULX, G. (1996). Le Conflit en mouvement [débat avec Michel Wieviorka]. Paris, Hachette.
- MARX, K. (1972). Les misères de la philosophie [1847]. Paris, Éditions sociales.
- PARK, R.E. & BURGESS, E. (1924). Introduction to the Science of Sociology. Chicago, Chicago university Press.
- SCHELLING, T.C. (1986). Stratégie du conflit [1963]. Paris, Presses universitaires de France.
- SIMMEL, G. (1995). Le Conflit [1908]. Paris, Circé/poche.
- TOURAINE, A. (1973). Production de la société. Paris, Seuil.
- WEBER, M. (1971). Économie et Société [1922]. Paris, Plon (« Agora », Pocket) t.1 et 2.